L’écoute des résidents : un Atelier d’études et de réflexions

Conséquence de la transition démographique« La révolution de l’âge constitue un défi majeur ». Mieux écouter les résidents, afin qu’ils se sentent reconnus et accompagnés en tant que personnes, qu’ils continuent à donner du sens à leur vie, sont désormais des priorités des établissements qui les hébergent.

La méthodologie comporte des temps de réflexion personnelle et d’écriture, des entretiens, l’animation de séances de groupe et l’analyse du déroulement des séquences. Celles-ci feront appel à leur expérience de l’avancée en âge, des relations entre générations, et aux questions posées autour du vieillissement et de la mort.

Les apports théoriques seront adaptés aux questions des participants

L’atelier privilégie l’attention portée à l’expression et à l’écoute du groupe et à ses ressources comme lieu de partage de connaissances et d’expériences. Valorisant les initiatives dont les participants sont porteurs, l’atelier a une visée essentiellement pratique et ouvre à l’acquisition de nouvelles méthodes d’écoute et d’animation des groupes.

Public : 10 à 12 professionnels représentatifs de différentes fonctions

DUREE : 2 x 2 jours espacés d’un mois                                        

Ce projet pilote est une proposition d’action globale pour les EHPAD, sous la responsabilité pédagogique de Georges ARBUZ docteur en anthropologie, ancien directeur général de l’IFEPP. Auteur de L’avancée en âge au XXI siècle, approche anthropologique, Ed L’Harmattan, et d’Ecouter les personnes âgées, à paraitre en octobre 2016 aux Ed Erès

Les établissements Sociaux et Médico-sociaux sont dans l’obligation de faire procéder à l’évaluation de leurs activités et de la qualité des prestations qu’ils délivrent par un organisme extérieur habilité par l’ANESM.

L’évaluation externe doit permettre de:

  1. Répondre aux attentes des autorités de contrôle
    L’évaluation doit conduire à un renouvellement d’autorisation. Il s’agira donc, pour l’évaluateur, de rendre compte ici notamment de l’effectivité des dispositifs mis en œuvre par l’établissement pour garantir l’ensemble des droits et libertés de la personne accueillie.
  2. Valoriser le projet d’établissement et la dynamique associative
    L’évaluation doit mettre en avant les atouts de l’établissement ou du service. La démarche évaluative doit se fonder sur la compréhension des projets dans leur singularité. Elle doit pour cela conduire expressément à un examen de la pertinence, de la cohérence et de l’efficience du processus d’accompagnement. L’évaluation doit produire un rapport, véritable instrument « de défense et d’illustration » du projet d’établissement et, au-delà, de la visée associative.
  3. Soutenir la démarche d’amélioration continue
    L’évaluation est une opportunité de progrès pour l’établissement et les personnes accompagnées. Au-delà d’un simple constat, la démarche évaluative doit s’inscrire dans un processus d’amélioration continue. Pour cela, elle doit être réalisée avec la participation des professionnels. Le rapport définitif, notamment, doit être le résultat d’une observation partagée : le constat des forces, mais également des faiblesses, doit émerger autant qu’il est possible d’un consensus entre les parties prenantes. Les préconisations tiendront compte dans cette perspective des contraintes propres à chaque situation.

Avec plus de 12 ans d’expérience dans l’accompagnement de structures sociales et médico-sociales, Bien-Traitance Formation Recherches, dont les objectifs sont de « promouvoir la notion de bien-traitance et de l’inscrire dans les processus de pensée, les manières d’être et d’agir » de tout professionnel concerné par l’enfant ou la personne âgée et son devenir, met son expertise et son savoir-faire au service de votre évaluation externe

En étroite collaboration avec l’équipe des professionnels, l’objectif principal de ces séances est de disposer d’un espace de pensée et d’échanges afin de permettre une meilleure compréhension des situations rencontrées, une prise de recul nécessaire à un meilleur positionnement professionnel.

Un temps pour dynamiser les pratiques, leur redonner du sens dans une approche bien-traitante, les rendre cohérentes au sein de l’équipe par rapport aux actes professionnels du quotidien, ainsi que par rapport aux projets de l’institution.

Public : 8 à 10 personnes par groupe

DUREE : Les séances seront de 2h, 1 fois par mois sur 10 mois.